A

MARIN JANNOT DIT LACHAPELLE

bandeausepiaroughpastels1

MARIN JANNOT DIT LACHAPELLE

illustrationmarinjannot1Marin Jannot dit Lachapelle arrive en Amérique en 1653. Il fait partie d’un groupe d’hommes et de femmes recrutés par Paul Chomedey, sieur de Maisonneuve, gouverneur de Ville-Marie, pour venir prêter main forte à la colonie naissante située sur une île du majestueux fleuve Saint-Laurent. Les historiens s'entendent sur le fait que cette Grande Recrue a permis à Ville-Marie de survivre et de devenir le Montréal d'aujourd'hui !

Sur les contrats notariés signés par Marin, il se dit originaire de La Chapelle-Monthodon (Aisne), près de Château-Thierry, ce qui explique l’origine de son surnom. Il s’engage à Nantes envers Jérôme Le Royer, sieur de La Dauversière, le 16 mai 1653 devant les notaires Léger et Bruneau. Le 20 juin suivant, avant de quitter Saint-Nazaire sur le Saint-Nicolas de Nantes, il reconnaît devant le notaire Belliotte avoir reçu 108 livres et 15 sols en avances sur ses gages. Il arrive à Ville-Marie le 16 novembre suivant.

Fils de Robert Jannot et de Jeanne de PIENNES de La Chapelle-Monthodon, Marin est un habile charpentier qui continue à exercer son métier dans la petite colonie. Le 2 février 1654 monsieur de Maisonneuve lui accorde une concession en dessous du Côteau Saint-Louis.

Il contracte mariage devant le notaire de Saint-Père, le dimanche 1er août 1655, avec Françoise Besnard, immigrante née vers 1629, fille de Pierre Besnard et de Catherine Riverin, de Vouvray-sur-Loir (Sarthe), évêché du Mans, et l’épouse à Montréal, le lundi 30 août 1655. De leur union naissent cinq enfants. Deux fils assureront la présence des patronymes Jannot et Lachapelle.

Syndic de 1656 à 1660, prisonnier des Iroquois en 1661 et soldat de la 17e escouade en 1663, Marin Jannot se noie accidentellement le 20 juillet 1664. Son corps est retrouvé le jeudi suivant le 24 à quelques « lieues » de Ville-Marie et le lendemain, le Révérend Père Simon Le Moyne, en route pour Trois-Rivières, lui donne la sépulture chrétienne. Des historiens supposent que les voyageurs auraient trouvé le corps à la hauteur des îles de Sorel.

Le 29 octobre 1661, Françoise Besnard est condamnée pour avoir commis des excès sur la personne du chirurgien Étienne Bouchard, sur la voie publique. Marin avait signé un contrat avec ce médecin pour assurer tous les soins médicaux à sa famillle. Une défaillance à son engagement serait à l’origine de la colère de Françoise Besnard à son égard.

Suite au décès de Marin, le 20 juillet 1665, Françoise convole avec Guillaume Bouchard, à Ville-Marie. De cette union, naît Marie Bouchard baptisée le 20 avril 1667. Les années passent et on constate, en 1698, que son fils Pierre Jannot lui paie une pension viagère, engagement fait le 8 mars de cette même année.

Le 16 décembre 1704 Françoise Besnard, veuve de Marin Jannot (c’est ainsi que la désigne l’acte), fait une vente à Claude de Ramezay. C’est le dernier document trouvé du vivant de cette lointaine aïeule qui fut inhumée à Montréal le 6 février 1707.

Sources : Auger, Roland-J., La Grande Recrue de 1653, Société généalogique canadienne-française, Montréal 1955, page 74
Langlois, Michel, Montréal 1653, La Grande Recrue, Septentrion, Sillery, 2003, page 127
Illustration : Les Anciennes familles du Québec, La Brasserie Labatt Limitée
BIOGRAPHIE ABRÉGÉE DE FRANÇOISE ET
⇧ Ce site est hébergé gratuitement @
@